Votez pour nous !

Lacrimosa

Forum futuriste de vampires, humains, goules, metamorphes et humains à dons axé autour d'une guerre inter-race et d'un fléau qu'est le Lacrimosa au sein de la ville de Pandémonium.
 


Partagez | 
 

 Dans la peau du chasseur - Andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andreas

avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 12/05/2017

MessageSujet: Dans la peau du chasseur - Andreas
Ven 12 Mai - 23:50

Andreas


32 ans | Manticore Jaguar | Crazy bloody psychopaths with boner | Fossoyeur de vampires

ft ▬ Master - Aenaluck


Description physique



Avec Andreas, comme avec tous les manticores, c’est deux en un. Bande de veinards.

D’abord il y a le modèle de poche, celui qui passe partout, qui sait ouvrir des portes et tenir des couverts pour manger, celui qui pourra vous dire d’aller vous faire foutre et qui rentre dans une baignoire. Ce modèle-là fait environ un mètre quatre-vingt-neuf pour quatre-vingt-neuf kilos, est atteint de canitie précoce et se balade généralement avec des vêtements un peu trop. Trop anciens, trop serrés, trop amples, trop délavés, trop déchirés, trop poussiéreux, trop portés. Mais ça, c’est un peu le lot de tout le monde dans la Benne. Votre modèle de poche à les cheveux gris-argentés, qu’il porte un peu longs sur la nuque, un long nez droit contre lequel vous pourriez vous crever un œil et qui lui donne un profil acéré, une barbe courte et soigneusement entretenue ainsi qu’une paire d’yeux bleus à vous réfrigérer le soleil. Il est bien charpenté, des épaules jusqu’aux mollets, la peau tatouée de cicatrices à droite à gauche. Que voulez-vous, les risques du métier. Il a les mains larges, un peu rêches, très solides, habituées à coller des baffes.
Et puis ensuite, il a le modèle delux. Là, on ne part pas sur les mêmes dimensions, messieurs dames. La bestiole standard c’est 1m90 de long pour 75 cm au garrot, et jusqu’à 145 kg de fourrure, de muscles et de griffes. Vous visualisez le morceau ? Bien. Maintenant vous l’agrandissez jusqu’à ce qu’il fasse la taille d’un percheron. Soit 1m80 au garrot pour 1000 kg. Une robe dorée tachée de noir, une tête large et des oreilles rondes, des yeux d’or liquide soulignés d’un trait noir et une gueule capable de vous arracher la tête d’un seul coup. Les petits plus du jaguar sont qu’il est très bon nageur, son physique court et robuste est taillé pour les environnements denses et refermés où il faut sauter et se faufiler, son pelage le rend très discret dans la pénombre et fait de lui un chasseur qui aime les embuscades, et enfin sa méthode de mise à mort est aussi rapide qu’efficace : il croque directement dans le cerveau. On appréciera son silence et son efficacité, bien qu’il aime paresser pendant de longues heures dans l’endroit le plus inapproprié qui soit, comme votre lit, devant votre porte ou sur une table de réunion.

Alors, je vous l’emballe ?


Description mentale



On pourrait résumer Andréas en assez peu de mots, sur sa petite fiche produit. Une liste assez courte et presque exhaustive de ce qui est et ce qu’il montre en public. Sans être tout à fait renfrogné, il n’a pas la mine souriante et se contente généralement d’une expression froide et désinvolte, qui vous témoignera tout l’intérêt qu’il porte à votre existence. Le principal problème avec lui, c’est qu’il n’est capable d’empathie qu’avec les personnes qu’il s’est donné la peine de connaître. Ou qui se sont donné le mal de l’approcher. Les habitants de la Benne au grand complet ne l’intéressent pas à proprement parler, ils sont simplement des éléments primordiaux du décor. Andréas protège son territoire, son quartier et par extension, ceux qui y vivent, mais ce n’est pas pour leur bien-être ou leur bonheur, c’est simplement parce que ici c’est chez lui, qu’il ne supporte pas les vampires qui viennent traîner leurs guêtres sur son domaine et qu’il se trouve que d’autres créatures vivantes peuple ce même domaine. C’est tout.
Avec les personnes qu’il connait de longue date ou qu’il doit côtoyer au quotidien, le manticore est un peu plus ouvert et concerné, si tant est qu’il apprécie ladite personne. Il apprécie de passer du temps en compagnie des autres Fossoyeurs, n’intervient pas forcément beaucoup dans la conversation mais prend plaisir à simplement se détendre autour d’un verre et écouter les discussions autour de lui.

Il n’y a pas de bonne méthode pour gagner son respect. Il admire la poigne avec laquelle est menée la surveillance et la traque, la force tranquille de son chef d’unité et les capacités de certains camarades sur le terrain. À contrario, certains duos de chasseurs l’agacent ou l’indiffèrent malgré leurs talents à éliminer des vampires, simplement parce qu’ils s’y prennent d’une façon qui ne lui plaît pas, parce qu’ils se vantent ou parce qu’ils n’ont pas assez de victoires au compteur. Pour ces derniers, Andréas ne peut pas encore rivaliser puisqu’il n’est que patrouilleur et qu’il n’a pas de partenaire ghoul, mais il compte bien se mettre en chasse un jour et accumuler les trophées. Bien sûr, ce n’est pas un concours, il ne s’agit pas d’exterminé le plus possible mais de garder le tiers ouest de la Benne sécurisé, etc… Cependant, si personne n’avait l’esprit de compétition, il n’y aurait pas les chapelets de crocs suspendus dans la base souterraine. Vous savez, ces jolis colliers accrochés au mur, fait en canines de vampire et appartenant chacun à une équipe de chasseur. Un croc, une victime. Et un jour, ce sera l’équipe d’Andréas qui aura le plus grand collier.
Ça pour avoir l’esprit de compétition, le manticore n’est pas le dernier. Heureusement, il compense avec un zèle à la tâche tout à fait admirable.

Pour terminer, voilà une petite liste non exhaustive des plaisirs et déplaisirs du gros chaton.
Il aime tendre des embuscades, se baigner, se déplacer sur les toits plutôt que par terre, être sous sa forme animale, les caresses derrières les oreilles ainsi que dans le cou et sous le menton, dormir en journée, se vautrer là où il n’est pas le bienvenue et la viande grillée. Il aime aussi la musique et le chant, même s’il ne chante pas lui-même, rafistoler des objets et a un étrange amour pour le bizarre, l’anomal et le dérangeant. Les histoires de fantômes sont ses préférées.
En revanche, il déteste les histoires drôles, parce qu’il ne les trouve jamais amusantes, ne mange pas de viande froide et a horreur d’être réveillé par la sensation de froid ou de faim. Ça le met de très mauvaise humeur. Bien qu’il ait un sens de l’humour un peu corrosif, il n’aime pas beaucoup être la cible de ce même humour et monte rapidement au créneau lorsque l’on met en doute ses capacités. Enfin, il a horreur des gens qui braillent en permanence, qui rient trop fort, s’émeuvent d’un rien, fonde en larme à la moindre remarque ou pique une colère sans raison. En gros, les tempéraments très émotifs.

C'est vrai que dit comme ça, il n'a pas l'air très engageant... Mais vous lui trouverez sans doute des bons côtés !

Histoire



L'histoire d'Andréas, c'est avant tout l'histoire de ses parents. Deux manticores bien décidés à vivre sans maître. Ça avait été facile de se débarrasser du premier, quant au second il était sans doute trop occupé avec ses finances pour remarqué qu'il lui manquait une créature de distraction. Ils avaient fuit, très vite, en profitant de la nuit et de l'éternelle obscurité, et s'étaient enfoncé dans les bas quartiers. Plus il y avait de misère et mieux c'était.
Lui, dogue allemand. Elle, puma. Un couple plutôt atypique une fois leur forme humaine abandonnée.
Dans le secret d'une bicoque en ruine, ils mirent au monde un rejeton bruyant et farouchement déterminé à survivre, quel que soit l'environnement qui l'accueillerait. Ni le manque d'hygiène ni celui de nourriture ne parvinrent à amoindrir les forces de cette petite boule de poils qui, sitôt née, s'était transformée pour mieux affronter le monde extérieur.

Mais un couple de manticore accompagné de leur bébé encore peu enclin à marcher sur deux pattes, voilà qui était difficile à cacher. Dans la Benne on vivait de peu de choses et il fallait sans cesse composer avec les descentes de vampires ou de ghoul, venus chasser des proies faciles que personne ne s'embêterait à venger. Alors accueillir des bêtes dangereuses, c'était hors de question. Une fois que la rumeur fut assez propagée et le voisinage assez en colère, les menaces se mirent à affluer, des bouteilles et des pierres s'écrasèrent régulièrement contre les murs fragiles de l'abri familial et on tenta trois fois d'attirer le bébé jaguar vers une gamelle de viande empoisonnée, comme on le ferait avec un chat de gouttière indésirable.
Voilà quel était le prix pour vivre libre.

La petite famille quitta le quartier pour aller plus encore vers la misère, là où on ne les connaissait pas. Ce fut au cours de cette nuit qu'ils firent la rencontre du premier Fossoyeur qu'ils aient jamais vu.
Un vampire visiblement affamé s'était tracé une route sanglante dans les bas-fond jusqu'à croiser celle des manticores qui ne cherchaient qu'à fuir la colère des hommes. Mauvais endroit, mauvais moment. À deux contre uns ils auraient pu l'emporter, mais Andréas n'était encore qu'un petit de trois ans, pas plus gros qu'un oreiller. Une proie facile et innocente qui déconcentrerait ses parents pendant la bataille. C'est alors que surgit une ghoul, sortie de nul part et qui se rua sur le vampire. Le combat fut bref et s'issue fut fatale pour l'immortel. Se croyant débarrassé d'un mal pour devoir en affronter un autre, les exilés ne baissèrent leur garde que lorsque l'homme face à eux leva doucement les mains en assurant qu'il ne leur ferait pas le moindre mal.
Il était un Fossoyeur, un chasseur de vampire. Mais pas de ceux qui traquent pour prélever et revendre le lacrimosa, lui faisait partie d'une petite organisation clandestine, une sorte de milice volontaire et vengeresse qui s'était donné pour mission d'assurer la sécurité de tout l'ouest de la Benne. Personne ne s'intéressait jamais à ce qui se passait dans les rues sales de cet endroit, alors certains s'étaient dressés pour faire ce travail eux-mêmes. Humains et ghouls, travaillant à l'accomplissement d'un seul objectif : éradiquer le moindre vampire qui tenterait de mettre les pieds sur leur territoire.
La Résistance des pauvres.

Un accord fut passé entre adultes, un accord dont le jeune Andréas ne prit conscience que bien des années après. En échange d'un toit et d'une protection, ses deux parents rejoindraient les rangs de Fossoyeurs. Ils auraient ainsi un abri, une grande famille sur laquelle compter, de quoi boire, manger, se tenir au chaud, et enfin, un objectif à servir.
Voilà comment le jaguar se retrouva entouré de combattants sans le sous mais déterminés, à vivre au rythme des missions dont il entendait les échos et bercé par les histoires héroïques des meilleurs chasseurs. En entrant dans l'adolescence il prit conscience du danger que représentait les vampires et de celui encouru par les Fossoyeurs qui osaient se dresser contre leur hégémonie. Il intégra les règles, la discipline nécessaire à la survie, la patience indispensable à une chasse. La Benne devint son territoire et son terrain de jeu, le royaume où son assurance juvénile lui permettait de se pavaner sans prendre la peine de rester sous forme humaine. Il intégra les rangs volontairement en temps que patrouilleur.

À ses dix-neuf ans, le responsable principal de cette petite organisation que les autorités vampirique qualifiait de terroriste, mourut d'une simple pneumonie, faute de soin. Son successeur apporta quelques changements et le manticore fut parmi ses supporter. Tout d'abord, les chasseurs ne fonctionneraient désormais qu'en duo et presque toujours en partenariat avec une ghoul. Une façon de réduire le taux de mort chez les Fossoyeurs tout en nourrissant la population de ghoul dans la Benne, ce qui les gardait sous contrôle. Ensuite, la chasse pourrait s'étendre hors des frontières de leur territoire. Assassiner un vampire dans le centre ? Pas de problème ! Mais plusieurs conditions à cela : il devait être jeune, seul et sans liens particuliers avec les vampires importants de la ville. Si les immortels se mettaient à tomber comme des mouches, les plus puissants d'entre eux finiraient par tourner leur regard vers la Benne et procéderaient à un grand ménage.
Les Fossoyeurs pouvaient être un caillou dans le botte, mais pas une gangrène à amputer.
Enfin, dernière règle édictée par le nouveau chef des opérations : personne ne peut passer chasseur avant d'avoir vingt et un ans. Sans doute la règle la plus frustrante pour Andréas, dont l'impatience ne tolérait pas de devoir prendre de l'âge pour être assouvie. Il s'y plia de mauvaise grâce et profita de ses patrouilles pour mener ses propres chasses en solitaire.

Il finit par obtenir la permission d'intégrer le club très fermé des chasseurs de vampire. Cependant, la nouvelle difficulté pour lui fut de travailler en partenariat avec une ghoul. Téméraire, compétitif, toujours à la limite de franchir le pas de trop, il eut trois partenaires différents avant d'être classé comme l'élément le plus incompatible au travail de groupe de toute l'organisation. Personne n'était assez fort, assez culotté, assez agressif ni assez ambitieux à ses yeux.
Personne n'était assez prédateur pour rôder avec lui dans les ombres.

Jusqu'à ce qu'on lui désigne un nouveau compagnon de chasse dont il devrait tenir la bride. Dans son dos les paris ne tardèrent pas à être lancés : lequel des deux allait épuiser l'autre en premier ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andreas

avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 12/05/2017

MessageSujet: Re: Dans la peau du chasseur - Andreas
Dim 18 Juin - 22:03

Petit up - Je préviens que ma fiche est enfin terminée !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dans la peau du chasseur - Andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La musique dans la peau
» Pourtant t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau, j't'ai dans la tête.
» Ayez le rythme dans la peau ; Maracasse
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» J'adore qu'on dise du mal de mes amis c'est la seule chose qui m'aide à me sentir mieux dans ma peau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lacrimosa :: Administration :: Fiches-