Votez pour nous !

Lacrimosa

Forum futuriste de vampires, humains, goules, metamorphes et humains à dons axé autour d'une guerre inter-race et d'un fléau qu'est le Lacrimosa au sein de la ville de Pandémonium.
 


Partagez | 
 

 Le choix du moindre mal [Pv Ivan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Le choix du moindre mal [Pv Ivan]
Ven 1 Mai - 17:21

C'est fou comme des petites choses auxquelles on ne faisait pas attention peuvent prendre en importance une fois qu'on les a perdues. Les petites lampes qui éclairaient les rues de l'Eden, par exemple, n'avaient jamais paru si brillantes et réconfortantes aux yeux de Lukas qu'aujourd'hui, tout comme les bâtiments à peu près entretenus, ou la rumeur des conversations derrière les fenêtres illuminées. Après avoir passé ce qui lui semblait être une éternité dans l'obscurité des bas-fonds de Pandémonium, le jeune homme retrouvait avec soulagement les rues qu'il arpentait depuis des années. La civilisation, enfin, il n'aurait pas imaginé lui-même que la retrouver lui ferait autant de bien.

Cela n'empêchait pas qu'il allait avoir pas mal de petits problèmes à régler, que sa famille allait le massacrer et qu'il allait devoir trouver une très bonne explication pour justifier son absence en cours, mais pour le moment, il n'y pensait plus. Il huma avec délectation l'odeur de poussière et de décrépitude familière, bien différente des fumets d'alcools et de pourritures des ruelles de la Benne, tout en marchant d'un pas assuré vers chez lui, et en se laissant même aller à sourire aux passants.

Passants qui se mettaient alors à reculer prudemment.

Parce qu'il faut bien l'avouer, si Lukas était plutôt de bonne humeur, il n'avait pas l'air très frais, lui qui était déjà très mince avait encore perdu du poids, et ses vêtements, qu'il n'avait pas changé depuis des jours, étaient dans un état lamentable. Son sweater délavé pendait sur ses épaules et ne cachait plus le pansement à moitié décollé qu'il avait sur l'une d'elles, et qui couvrait une morsure de vampire. Plusieurs tâches suspectes étaient incrustées sur son débardeur froissé, dont certaines ressemblaient clairement à du sang séché, et le sac qui pendait de son épaule arborait aussi de belles tâches du même genre. Et puis, pour ne rien gâcher, sa main droite tirait rythmiquement sur le bas de son sweater, avec une nervosité qui semblait en contradiction avec le reste de son attitude.

Bref, Lukas n'inspirait pas confiance, et ça n'allait pas en s'arrangeant. Plus il s'approchait de chez lui, plus ses tics nerveux se multipliaient, à mesure que des doutes s'insinuaient. Et si son frère avait décidé de l'attendre chez lui jusqu'à ce qu'il rentre ? Qu'est-ce qu'il allait lui dire ? Les gens allaient vouloir comprendre son comportement, mais il ne le comprenait pas lui-même. Pouvait-il vraiment reprendre les choses où il les avait laissées ? Le voulait-il seulement ? Comme son apparence le montrait bien, Lukas avait vécu pas mal de choses dans les bas-fonds. Il n'était plus tout à fait le même, et se sentait encore plus incompatible qu'avant à la société qui l'avait vu naître, aussi confortable puisse-t-elle être.

Comme marcher l'aidait un peu à réfléchir, ou en tout cas valait mieux que de tourner en rond dans un appartement, il décida de faire un détour avant de rentrer. L'état de ses vêtements l'importait peu de toute façon, et il pourrait faire durer un peu plus l'émerveillement de son retour en continuant sa ronde. Que ce soit par hasard ou par habitude, ses pas le menèrent vers un coin un peu à l'abri des regards, non loin d'une petite place oubliée ou trônait une fontaine asséchée et quelques bancs rouillés.

Lukas ne pu retenir un léger sourire en reconnaissant dans l'ombre la silhouette pâle d'Ivan, un de ses fournisseurs les plus réguliers. Il ne comptait plus les fois ou il s'était retrouvé ici, pour des fioles de Lacrimosa le plus souvent, pour échanger quelques mots parfois, quand il était au fond du gouffre qu'il n'y avait personne pour l'écouter. Et comme d'habitude, il recommença le même rituel, en essayant de s'approcher le plus lentement et furtivement possible, jusqu'à deviner dans l'attitude de la ghoul qu'il était repéré, son sourire s'élargit.

« Hey salut, comment vont les affaires ? Ça fait un bail... »

La prochaine fois, il se mettrait face au vent, il avait été très mauvais ce coup-ci. Lukas s'approcha finalement pour de bon et s'appuya contre le mur, à côté de l'albinos. Beaucoup plus près que l'aurait fais un humain vaguement raisonnable, et l'air visiblement content d'être tombé sur lui. Malgré ses tremblements, il pensait pouvoir résister au manque encore un jour, peut-être deux, et préférait ne pas se fournir tout de suite pour ne pas craquer plus rapidement, mais ce n'était pas une raison pour ne pas dire bonjour à une vieille connaissance.

« T'as entendu des potins intéressants depuis la dernière fois ? »

Vu son état, c'était probablement Lukas qui avait le plus de choses à raconter, mais comme à son habitude, il n'aborda que des sujets sans importance, tout en triturant rageusement la manche de son sweater alors qu'il réfléchissait. Peut-être qu'une dose de Lacrimosa rendrait son retour plus simple, finalement ? Au moins il arrêterait de penser à tout ce qui l'attendait pendant quelques heures. Et puis, il n'était sans doute pas arrivé là par hasard, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Le choix du moindre mal [Pv Ivan]
Ven 1 Mai - 19:14

Une sonnerie stridente retentit soudainement au beau milieu de la matinée, tirant violemment Ivan de son sommeil. Un coup de poing violent et tremblant sur l'objet et crime et une flopée d'injures plus tard, il se rappela qu'il avait réglé une alarme pour essayer d'avoir le temps de marcher jusqu'au quartier de l'Eden avant que plus personne ne traîne dans les rues et qu'il se retrouve simplement en face de quelques camés désespérés, bien loin de la clientèle qu'il espérait atteindre aujourd'hui. L'Eden, c'est le quartier des familles les plus riches. Des gosses de richetons bien protégés, avec une belle éducation, qui veulent se rebeller un peu et sortir du droit chemin tracé par papa et maman... Mais avec leur porte-monnaie. Rien de plus facile à convaincre que ces gosses. Ils commencent toujours par des trucs "inoffensifs" - comme si certaines drogues étaient censées ne pas être nocives - et avec un peu de conviction on pouvait facilement les pousser à augmenter les doses et les dangers. Avec de telles fortunes à gérer, pas étonnant que tout le monde fasse des crises de nerfs et essaye de s'évader ne serait-ce que quelques instants dans les paradis artificiels... Il se dit qu'il était bien heureux dans son taudis avec un matelas trop fin pour dormir confortablement et le bruit des insectes qui cavalaient dans les murs la nuit.

Il était d'ailleurs grand temps qu'il s'extirpe de son matelas et de ses draps emmêlés, comme s'ils tentaient de le retenir. Il les écarta avec peine, l'esprit encore embrumé et les mains peu fiables, se remerciant mentalement pour avoir pensé à s'être couché déjà habillé afin de lui épargner la tâche quasi titanesque d'aller chercher des vêtements perdus sous ses meubles dans l'état vaseux dans lequel il se sentait. Il n'avait qu'à enfiler son manteau habituel, qu'il avait appris à apprécier après des années de loyaux services à le protéger du froid et des intempéries, tâter les nombreuses poches intérieures pour vérifier qu'il avait de quoi marchander un peu et qu'il lui restait ses clopes. Oh, Cara Mia... Son état actuel, bien plus mauvais que d'habitude au réveil, s'expliquait probablement par le manque de nicotine. Il devait aussi surement crever de faim vu le cri d'agonie que son estomac lui lança, mais ça pouvait attendre, pas... Pas le tabac. Il déglutit, ne sachant s'il adorait ou détestait cette dépendance maintenant si ancrée en lui, et coinça une cigarette fraîchement allumée entre ses lèvres pour couper court à ce genre de réflexions existentielles dont il n'avait vraiment pas besoin pour le moment. Jamais, à vrai dire. Bloquer ses pensées, quel beau rêve... Inaccessible. Et ce n'était pourtant pas faute d'essayer.


L'albinos ne s'était pas rendu dans ce coin depuis un moment... Sa mémoire ne lui avait pourtant pas fait défaut, puisqu'on pouvait facilement entendre le grésillement des ampoules bordant tous les chemins de la zone d'habitation de l'Eden, assourdissant dans le silence ambiant. Sans parler de l'odeur ambiante. Si propre, comparée aux autres endroits de la ville. Pas spécialement propre, il pouvait sentir la présence de poussière et d'autres particules dans l'air, mais c'était comme respirer au paradis en comparaison avec l'air vicié de la Benne.

En quelques heures, il avait de quoi assurer le loyer du mois. Pourquoi je ne viens pas plus souvent ici, alors ? Probablement car ces clients ne se fournissaient pas que chez lui. Dur de convaincre qu'il avait la meilleure came à des gens avec un pouvoir d'achat permettant de vérifier ses dires. Il n'avait vu que deux habitués et un nouveau clients, tous achetant des doses à tuer un cheval. Surtout du Lacrimosa. C'étaient les rares à avoir les moyens de s'en offrir, après tout. Sans parler de la difficulté à s'en procurer... En vagabondant un peu, il avait visité quelques adresses qu'il connaissait maintenant par cœur, sans signes de vie, alors qu'il cherchait pourtant activement quelqu'un, pour une fois... Car dans ses clients d'Eden, il y en avait un qui manquait à l'appel depuis bien trop longtemps pour qu'il ne commence pas de s'inquiéter légitimement. ... Non, ce n'est pas légitime du tout, pourquoi devrais-je ressentir quelque chose pour un camé ? Ce sont mon gagne pain, pas mes potes, rétorqua-t-il sèchement dans son esprit pour tenter de se convaincre.

Le dealer continua de marcher, ses pas le guidant vers leur lieu de rendez-vous habituel, lorsqu'il entendait encore parler de lui, refusant de penser qu'il espérait l'y trouver, et s'assurant qu'il était simplement fatigué après avoir autant parlementé avec ces foutus toxicos sur leur 31 et qu'il avait bien le droit de profiter de l'air pur encore quelques minutes avant de repartir pour son taudis. Il s'assit au bord d'un banc miteux prêt à s'écrouler sous son poids pourtant peu impressionnant et sortit une nouvelle cigarette pour profiter pleinement de l'air pur. A sa manière, cette fois plus par plaisir que par nécessité et besoin primaire comme à son réveil. Il prit le temps d'inhaler longuement la première bouffer, la gardant en soi, la sentant envahir ses poumons mortellement mais dans une étreinte si douce, pour l'expirer lentement, prolongeant le plaisir. Tout allait pour le mieux et il essayait de s'en convaincre. Après tout, ses poches étaient remplies d'argent et son paquet encore presque rempli. Sans parler du temps, sec et presque agréable.
Mais non, tout ne pouvait jamais bien aller, et il repéra évidemment une odeur qui lui fit se demander s'il avait encore envie de la sentir. Il sourit, pourtant, car ce n'était pas la première fois qu'il la sentait dans ces circonstances. Avec son odorat de ghoul, plus fin qu'un humain, son adversaire n'avait aucune chance à ce petit jeu, et il continuait pourtant. Le sourire s'effaça pourtant vite. Quelques heures, même quelques minutes auparavant il avait eut envie de le sentir, de le savoir présent, mais il ne pouvait s'empêcher de déceler l'odeur du sang, qui l'emplit de son goût métallique au fur et à mesure qu'il s'approchait. Il aurait presque préféré ne pas tomber sur lui et éviter de deviner qu'il n'était clairement pas en bonne forme.

« - Hey salut, comment vont les affaires ? Ça fait un bail... »

Le con. C'était réellement tout ce qu'il trouvait à dire ? S'avancer comme si de rien n'était et poser une foutue question comme si tout était normal, alors que tout le reste criait que ça n'allait pas, de sa voix légèrement plus faible que d'habitude à l'odeur de quelqu'un qui ne s'était pas lavé depuis un moment, et sûrement pas juste par manque d'envie ?

« - T'as entendu des potins intéressants depuis la dernière fois ? »

Ivan tenta de cacher l'inquiétude ou la colère qu'il ressentait, se concentrant sur des choses simples, qu'il pouvait gérer. La chaleur corporelle qui s'était rajoutée récemment, l'odeur du tabac, si enivrante, la chaleur de la cigarette se consumant... Tout sauf l'odeur du sang. La plaie devait trop dater pour qu'il détermine si c'était le sang de Lukas ou non, mais il se doutait que ce dernier n'était pas du genre à frapper les gens jusqu'au sang, quoique... Le manque et la dépendance faisaient faire tout un tas de choses incroyables au gens, et dans le cas de Lukas ce n'était pas spécialement beau à voir. Il avait pu être témoin de ça quelques fois et il préférait éviter de réitérer l'expérience. Il se tourna vers lui, estimant qu'il dissimulait plutôt bien les émotions contradictoires qu'il sentait se manifester au fond de lui.

« - Rien de palpitant, mon voisin fort bruyant s'est pris totalement par inadvertance ma fenêtre dans la gueule et le proprio cherche à fourrer quelque chose d'autre que son chien... répondit-il avec un air amusé. Et toi, rien de neuf ? »

Ouais, l'humour, le second degré, le détachement, il pouvait le faire. Et c'était toujours plus simple, de tourner autour du pot, plutôt que d'en venir directement aux faits et aux questions qui lui brûlaient les lèvres. Pourtant... Pourtant, il ne put s'empêcher de se détourner, de fixer à nouveau devant lui, loin du problème. Il faudrait bien que ça sorte un jour, non ? Il en avait assez de faire semblant de rien pendant des années et d'accepter d'écouter une loque plus d'une fois par semaine pendant des mois avant des silence radios à sa taper la tête contre les murs.

« - Je crois que tu as quelque chose à me dire, Lukas, finit-il par dire avec un ton froid et détaché, bien différent de sa dernière question, après des minutes d'hésitation. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Le choix du moindre mal [Pv Ivan]
Sam 2 Mai - 12:52

Lukas eut un rire bref et pas très convainquant en écoutant les histoires de voisinage d'Ivan, puis il laissa le silence s'installer. Il avait voulu venir jusqu'ici, mais maintenant il ne savait pas vraiment quoi dire ou quoi faire, ou plutôt, il se serait contenté de rester là à écouter la dealer parler pendant aussi longtemps qu'il le voulait, c'était plus simple. Mais alors qu'il se creusait en vain l'esprit pour trouver une banalité de plus à raconter, Ivan le coupa net avec une remarque qui allait droit au but, et une froideur inhabituelle. Les tripes du jeune homme se nouèrent aussitôt, et après une hésitation il se laissa tomber sur le banc, le faisant douloureusement grincer, ses mains nerveuses enfermées dans les poches de son sweater pour les calmer un peu.

« Y'a… pas grand-chose à dire, j'ai juste fais n'importe quoi. Comme d'hab... »

Le jeune homme comprit finalement ce qu'il était venu chercher dans ce parc, quelqu'un qui se passerait des détours et des faux-semblants, et à qui il pouvait parler sans préserver les apparences en permanence comme si c'était à lui de protéger les autres de ce qui lui arrivait. D'ailleurs les apparences volèrent en éclat dès qu'il tenta de rouvrir la bouche, son sourire s'était envolé et quelques larmes coulèrent sur ses joues, pour vite se transformer en un torrent.

« J'ai eu un coup de cafard, je suis parti… me paumer du côté de la… Benne, tu connais ? Je me suis créé des emmerdes pas possible, j'me suis battu, j'me suis laissé mordre pour un peu de Lacrimosa, j'ai couché avec le vampire qui m'a... »

Alors qu'il s'était laissé allé jusque-là, l'image de Chester et tout ce qu'il s'était passé avec lui lui revint en mémoire et le bloqua net. Cela lui fit remonter beaucoup trop d'émotions et de sensations puissantes d'un seul coup, et il préféra ne pas en dire plus là-dessus de peur de gêner vraiment Ivan. Il n'empêche que même pour lui-même Lukas ne s'était pas déballé aussi franchement, et remarquer qu'il avait enchaîné à lui tout seul toutes les choses affichées dans les images pegi de la page d'accueil de Lacrimosa ne l'aida pas vraiment à se sentir mieux. Il avait joué à des jeux très dangereux et pouvait s'estimer heureux de s'en être sortit à peu près entier, ou pas, à force il commencerait presque à croire qu'il ne devait pas sa vie à une gentille bonne fée, mais plutôt à un vilain farfadet qui s'amusait de ses déboires en cachette. Il soupira.

« Désolé de sortir de nulle part pour te raconter des trucs pareils, je veux pas t'emmerder ni te… dégoûter. J'veux juste… je sais pas. »

Lukas tenta de se ressaisir et se passa une main sur le visage, avant de se mordiller l'ongle du pouce, mine de rien, ça allait déjà mieux maintenant qu'il avait un tout petit peu parler. Son regard glissa sur Ivan et s'attarda sur son regard aveugle, il se demanda pensivement comment lui arrivait à gérer ses propres problèmes. Le jeune homme n'en savait pas énormément sur lui, mais il devinait bien que la ghoul n'avait pas eu une vie facile, et que comme bien d'autres il faisait ce qu'il pouvait pour survivre. Mais comment faisait-il pour rester aussi calme ? Si c'était une façade, elle n'avait pas l'air prête à craquer à la moindre occasion. Lukas en tout cas aurait aimé être un peu comme lui, ça lui éviterait sans doutes de dévoiler ses coups d'éclats les plus sordides à l'une des rares personnes qu'il considérait comme un ami.

Le banc grinça longuement alors que Lukas s'était mis à s'agiter dessus, il arrêta aussitôt. Puis après un moment d'hésitation il jeta un nouveau coup d’œil à Ivan.

« T'as encore beaucoup de boulot ? Si tu veux faire une pause tu peux venir boire une bière ou un café chez moi. En admettant que je n'ai pas été déclaré mort et que personne ne soit venu vider mon appart'. »

Difficile de dire comment les gens arrivait encore à produire du café en ces temps troublés, mais il était encore possible de se procurer la drogue douce préférée des humains en se débrouillant bien. Pour Lukas, c'était un moyen de ne pas rentrer chez lui seul, et peut-être de se rattraper un peu vu que même Ivan semblait lui en vouloir pour sa disparition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Le choix du moindre mal [Pv Ivan]
Ven 8 Mai - 15:44

Ivan s'attendait au pire. Plus le silence durait, plus il devait attendre avant d'entendre une réponse à sa question et plus son cerveau ne pouvait s'empêcher d'imaginer le pire. Qu'avait-il bien pu arriver à l'humain pour qu'il n'entende plus parler de lui pendant une durée encore plus longue que d'habitude ? L'odeur de sang qui emplissait ses narines se fit encore plus forte lorsque son interlocuteur finit par s'asseoir lourdement sur le banc qui grinça en guise de protestation. Par instinct, il ne put se retenir de renifler légèrement l'air maintenant qu'il était plus proche pour déterminer la provenance du sang et sa bouche se tordit en un nouveau rictus en arrivant à la conclusion qu'il provenait majoritairement de l'humain mais ne dit rien, espérant que son visage ne trahisse pas trop ses émotions pour le moment.

Entendant un début de réponse peu engageant, il se redressa en silence pour s'adosser un peu plus contre le dossier du banc, s'affalant à moitié en jetant son mégot. Lukas n'était pas réputé pour sa confiance en soi, mais la ghoul devait avouer que la chance n'était jamais de son côté. Sinon, il n'aurait jamais plongé dans le Lacrimosa, après tout. Le simple fait d'y penser raviva un faible sentiment de culpabilité, une simple suggestion venant du fond de son cerveau torturé qu'il tenta de repousser, ramené à la réalité par une odeur de sel. Des larmes, évidemment. Bien joué, Ivan, on repassera pour le tact, se dit-il en se blâmant pour sa question trop directe et froide, venant pourtant d'une réelle envie de savoir et d'inquiétude... D'inquiétude ? Il n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'il pouvait s'inquiéter pour quelqu'un et décida de mettre ça dans un coin de sa tête et d'y repenser quand il aurait un peu plus de temps à se consacrer. Quand il n'aurait pas un humain en train de pleurer sur les bras, quand il ne ressentirait plus ce nœud dans ses entrailles et dans sa gorge le faisant déglutir difficilement.

« - J'ai eu un coup de cafard, je suis parti… me paumer du côté de la… Benne, tu connais ? »

S'il connaissait la Benne ? Il y vivait, dans ce quartier pour ratés et monstres de tout poil, depuis des années. Il était d'ailleurs étonné que Lukas ne soit pas au courant, il se connaissaient si peu que ça, malgré tout ce temps à échanger des fioles contre des billets. Mais l'albinos attendit qu'il finisse de parler pour répondre. La suite était à la hauteur de la réputation du quartier et il se dit que s'il avait connu son adresse, il aurait au moins pu aller lui demander du Lacrimosa plutôt que de fricoter avec un vampire... Même s'il n'avait pas une aversion innée pour eux, il savait que ces créatures étaient imprévisibles et bien trop dangereuses pour la plupart, surtout pour les humains ; ils n'hésitaient pas à mentir pour parvenir à leurs fins. Il se doutait que les ghouls n'étaient pas mieux, mais il est toujours plus facile de blâmer les autres. Il était presque heureux de le sentir dans cet état vu ce qu'il lui était arrivé.

Sans trop y penser, plutôt que de chercher dans ses poches une nouvelle cigarette, il leva une de ses mains et la posa sur l'omoplate de son client, doucement, dans une tentative de réconfort. Il ne savait plus quoi dire et se contenta de rester assis, là, sa main reposant contre son sweater trop fin pour avoir confortablement traîné dans les rues comme il avait du le faire, sentant en dessous sa peau et devinant une température corporelle légèrement en deçà de la norme pour les humains, se concentrant sur ces petits détails plus faciles à assimiler que l'ensemble, se forçant à répondre pour éviter qu'il ne se sente plus mal que ce que sa voix emplie d'émotions et son corps nerveusement tendu indiquaient :

« - Je te rassure, on est difficilement dégoûté après des années de vie dans la Benne, fit-il avec un léger sourire même si le cœur n'y était pas. La vie est rarement aussi clean que ces rues lumineuses... »

Il ne savait pas quoi dire de plus et finit par retirer sa main du dos de son interlocuteur, attrapant son vieux briquet et une cigarette dans une poche intérieure, comblant le silence avec le bruit de la pierre à briquet frottant plusieurs fois avant d'enfin produire une étincelle. Le fait que plus personne ne parle le mettait presque mal à l'aise, avant que Lukas ne finisse heureusement par dire quelque chose, lui proposant d'aller boire quelque chose dans son appartement. Ivan hocha la tête, heureux de quitter ce lieu abandonné où l’atmosphère était trop lourde, l'air presque étouffant. J'ai besoin de plus que de juste un peu de nicotine pour gérer tour ça. Il se leva et se tourna vers son futur hôte, prêt à le suivre, remarquant qu'il ne connaissait pas son adresse non plus.

« - Je te laisse ouvrir la marche, commença-t-il de dire avant de penser que cela sonnait un peu trop comme un reproche. Désolé, j'ai l'impression de te reprocher pas mal de choses, c'est juste que je... »

Il s'interrompit avant de finir sa phrase, sachant très bien ce qui suivait. C'est juste que je m'inquiète un peu. Il n'était même pas sur de ce qu'il pensait de ça, alors l'admettre à voix haute ? Hors de question. Il se contenta de mettre ses mains dans ses poches, sentant de l'argent d'un côté et plusieurs doses de différentes drogues de l'autre sans y prêter attention, suivant Lukas machinalement, sans un mot de plus, ruminant ses pensées. Il restait un pas derrière, se concentrait sur le bruit de ses pas, et comptant les siens pour se rappeler d'où il habitait. Information qui pouvait s'avérer utile à l'avenir. S'il décidait de s'impliquer, autant ne pas faire les choses à moitié.

« - Si je savais que tu as de quoi choper du café, je n'aurais peut être pas proposé des prix si bon marchés, finit-il par dire pour briser le silence et essayer de détendre un peu l'atmosphère. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le choix du moindre mal [Pv Ivan]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le choix du moindre mal [Pv Ivan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Choix de Sponsors #2
» Guyanese Dr. Ivan Van Sertima passes at 74
» Le choix des semis-elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lacrimosa :: Rps archivés-